BangBang : bangbangblog.com

Podmodernisme

« On aurait pu rester à la maison pis checker des YouTube »: Fleur de peau, Thierry Bruyère et Grenadine aux Francouvertes

André Péloquin
14 mars 2012

Arrivé enrhumé et exténué au Lion d’or, je ne me doutais pas que le concert qui allait suivre allait être psychédélique sans abuser de médicaments alors qu’un public électrifié a apprécié des prestations de trois projets pop.

Pour casser la glace : Fleur de peau

Alors que la prestance sur scène de la chanteuse Annie-Claude Navert est « intéressante » (ah! Vous avez remarqué les guillemets! Bravo, bravo! Par « intéressante », je voulais dire « mouvements de danse digne d’une fin de soirée arrosée »), ses musiciens proposent des versions définitivement plus « couillues » de leurs compositions sur scène et c’est tant mieux. Alors qu’on trouvait des échos de Cœur de pirate ou d’Ariane Moffatt à l’écoute des pièces sur la page bandcamp du groupe, les refontes proposées hier suscitaient aussi Stereolab, voire certaines pièces signées Giselle Webber, se détachant du stéréotype « mon album préféré, c’est OK Computer ».

Sans révolutionner le genre, les mélodies du groupe demeurent efficaces et, surtout, bien huilées; le collectif faisant front commun devant un public pris par surprise. Bien que Fleur de peau s’essoufflera au cours du concert (j’allais écrire faner, mais je me suis retenu pour toi, ô lecteur), la graine est tout de même plantée. Citation de la soirée : « On aurait pu checker des YouTube pis downloader des films! » – Annie-Claude Navert, présentant d’autres plans pour la soirée entre deux pièces.

Puis vint Thierry Bruyère

Avertissement : je n’ai rien contre Thierry Bruyère, l’homme. Je ne le connais pas et, vraisemblablement, je ne le rencontrerai jamais. Son projet musical (qui porte aussi son nom) par contre…

À mi-chemin entre Indochine (sans avoir l’excuse d’être un groupe pop rock français des années 80), Alex Nevsky (écoutez « La danse de l’oubli » de Bruyère, puis « Mille Raisons » pis on s’en reparle…) et du rock alterno des années 90 (Bush X sans le facteur nostalgie derrière… pis oui je sais que Bush a retiré la dernière lettre de son nom de groupe, mais il n’a pas retiré son X de mon cœur… merde, j’ai le goût d’écouter « Swallowed »…), Thierry Bruyère et ses acolytes abonde dans un pop rock « musclé » (encore plus sur les planches qu’en studio, d’ailleurs), mais convenu. Bien que Bruyère possède une belle énergie sur scène, le courant ne passe pas avec le public et ses interventions entre les pièces n’aident pas. « Ça va bien tout le monde? Je n’ai rien entendu! J’suis sourd! On fait trop de rock! » Trop de clichés, aussi…

Alors que des jeunes filles portant des robes à pois s’installaient sur scène, on devinait l’arrivée sur scène de Julie « Grenadine » Brunet

Oui, Julie Brunet blogue sur notre portail. Non, ça ne m’empêcherait pas de bitcher sa performance, mais comme la fille a « plus ou moins » relevé le défi (oui, oui, « plus ou moins »), voici donc…

La barre était fichtrement haute pour Grenadine. Profitant déjà d’un bon « hype » (les Français l’aiment! C’est la nouvelle Jerry Lewis, genre!), Grenadine faisait figure de Bernard Adamus de l’édition 2012 du concours (plus « à pois » qu’ « à carreaux par contre, mais je m’égare). Néanmoins, le groupe pop bonbon à saveur rétro, qui suscite autant She & Him que The Pipettes, a convaincu le public présent en livrant une prestation sans anicroche.

Mené par une Julie Brunet particulièrement en forme qui occupait bien l’espace de la scène, le collectif a livré un concert qui semblait être répété au quart de tour, tellement que le public demeurait – malheureusement – passif. Bien que certains passages – autant de la chanteuse que de ses choristes – étaient parfois inaudibles, la prestation offerte demeure satisfaisante.

Puis vint le clou de la soirée : les résultats!

Aucun de ses groupes ne s’est hissé sur le palmarès! Alors que Gustafson et Pandaléon y sont toujours, des projets prometteurs comme Grenadine et Fleur de peau repartent bredouilles! Malade! Est-ce que le pourcentage des votes (50% public, 50% jury) devrait être redistribué? Est-ce qu’on devrait revoir le mode de pointage (fournir des formulaires allant de 1 à 3 pour annoter l’appréciation plutôt qu’une pondération allant de 1 à 4)? Est-ce que Grenadine aurait été handicapée par le fait qu’une de ses choristes ressemble à Karine Vanasse!? Mystère et boule de pop bubblegum!

La semaine prochaine : tout un brelan rock avec Christian (qu’on compare à Bernard Adamus), Gazoline (qui profite d’un bon « buzz ») et The ShrimpS (qui me donne de l’urticaire). Ça sent la surdose de comprimés contre le rhume, en effet!

Pour avoir plus de détails sur les groupes et les soirées à venir, on vous a préparé un ‘tit dossier à ce sujet y’a quelques jours. On clique ici pour le consulter!
3 commentaires
  • Sylvie Courtemanche
    14 mars 2012

    On ne remettra pas en cause tout le processus de vote parce qu’un soir sur je ne sais plus combien de soirs trois artistes (même prometteurs) ne se sont pas positionnés dans le palmarès. Un cas de figure. On se calme! Je comprends l’insatisfaction et c’est, à ma connaissance, la première fois que nous sommes dans cette situation. Quoi qu’il en soit, le système de votation est clair, il n’y a pas un gagnant par soirée, c’est un palmarès et donc un système de points (une note sur 100). Le vote du public compte pour 50% et celui de l’industrie pour l’autre 50. Le vote d’hier tel que compilé a fait en sorte que les trois artistes avaient un plus petit pointage que ceux déjà inscrits au palmarès. C’est très décevant pour les artistes et pour le public présent, j’en conviens, mais c’est le résultat du vote. La façon que le public a réparti ses choix de pointages jumelés à ce que le jury de l’industrie a fait donne ce résultat. À partir du moment où il y a un vote qu’il soit public ou avec l’industrie, on peut s’attendre à tout. On a qu’à regarder les élections!

  • André Péloquin
    15 mars 2012

    Je ne faisais que poser des questions, madame Courtemanche. Je suis calme et zen. Bouddha aurait l’air sur l’acide à côté de moi. Merci pour les précisions sur le processus de vote. :-)

  • Jean b.good
    16 mars 2012

    Elle est cute Julie B. mais comme musique originale et comme talent ….

Laisser un commentaire

Podmodernisme

Blogue d'André Péloquin. C'est pas mal ça!

Syndication RSS

BLOGUE
COMMENTAIRES
iweb