BangBang : bangbangblog.com

Podmodernisme

Journal de bord du samedi : entre le gris et le brun et Marc Cassivi…

André Péloquin
5 septembre 2010


Drôle de nuit. J’ai rêvé que j’étais atteint d’une maladie incurable. On me l’annonçait dans la cuisine où nous squattons présentement. Je me réveille en sueur, une goutte descend sur mon poil de « chest » (ça, c’est un passage pour les filles). Je me rendors. Je plonge dans un autre songe qui me fait sursauter. Je n’en peux plus. J’en réveille ma copine…
- Hey, hey !
- Quoi ?
- Je viens de rêver à Marc Cassivi…
- Euh…
- Il me révélait un grand secret…
- Quoi ?
- Tristan Malavoy. C’n’est pas son vrai nom. Son vrai nom, c’est Dominic Malavoy! Dominic!
- Tu dors, André. Tu dors !

Quelques heures plus tard, je zieute mon calepin de notes. « Choisis ton 5 à 7 ». J’opte donc pour Bernard Adamus. Il est présentement 15h. Je décide de tuer le temps en ville, histoire de m’imprégner davantage de l’âme de Rouyn-Noranda. J’en ai jusque dans les cheveux.

Une petite bruine couvre Rouyn. Mes souliers en sont trempés, mon toupet aussi. Je me réfugie donc à L’Écart ou Dominique Pétrin y expose quelques œuvres (consultez don’ le blogue d’art visuel de Julie Ledoux pour les détails, moi je n’ai qu’utilisé les toilettes et pris quelques photos… de l’expo, pas des chiottes, bien sûr). Janie Julien-Fort y exposait quelques photos. Comme elle bosse sur de la pellicule polaroid, son œuvre suscite un peu la nostalgie. Une fois de plus, référez-vous à la Ledoux pour les commentaires. De mon côté, je dirai tout simplement que j’ai été plus interpellé par les photos de Julien-Fort que les peintures de perroquets de Pétrin (qui sont très bien aussi, c’est juste que comme je n’ai jamais été un grand fan des George Leningrad, j’ai d’la misère avec les nouvelles aventures de Bobo Boutin et ses potes, faut croire… tant qu’à vous raconter mes rêves sur Marc Cassivi, autant tout vous déballer pendant qu’on y est).

Je me pointe au Évolu-Son vers 16h10. La file pour entrer au 5 à 7 va jusqu’au coin de la rue ! Même à huit heures de route de la rue Ontario, Adamus fait des vagues. À quand la France ? Après Cœur de Pikachu et Nicola Sirkis, à quand Bernard et Renaud ?!

Côté prestation, rien à redire. Adamus et ses sbires sont toujours aussi intenses et charmants sur scène. Là j’allais ajouter tout le bla-bla sur Plume Latraverse, les Francouvertes et Dédé Fortin, mais bon, vous le savez sûrement déjà. Peut-être même que Marc Cassivi, tel Pan, a déjà galopé dans vos rêves, flute à la main, pour le murmurer à vos oreilles.

My God, même moi je trouve ça embarrassant! Hop! Prochain concert : Parlovr.

On se pointe un peu trop « flush» au concert de Parlovr. Je m’y infiltre difficilement. Le cabaret est déjà paqueté (idem pour le concert des Sadies qui avait lieu à quelques mètres de là). La combativité me quitte. « Fuck it » ! Je reste accoudé au bar. Une autre note dans mon carnet : « pointe-toi crissement tôt si tu veux assister à un concert qui se donne au Cabaret. » On se reprendra à Montréal, tiens. De loin, ça sonnait bien en tout cas. Amen !

J’applique le même précepte à L’Agora des arts, une église reconvertie en.. .agora des arts. Je me pointe donc 20 minutes avant le début du concert. La dame à l’accueil insiste pour nous faire attendre dehors, alors qu’il pleut et qu’il fait environ six degrés. Une autre note : « « Ouverture des portes » et « début du concert », c’est la même chose à l’Agora des arts ». Je me glisse finalement dans le lieu pieux alors que plusieurs arrivants rebroussent chemin après s’être frottés à la même dame.

Anyway, L’Agora, c’est joli. Pompe tes pipes, un duo de DJ, réchauffe la salle.

En début de soirée, l’atmosphère fait vraiment « party de sous-sol d’église » avec ses clans, sa rangée de chaises avec des jeunes filles qui attendent qu’on les invite à danser et son « stand » de breuvages. Ne manque plus qu’un « plain » sur « Bed Of Roses » de Bon Jovi.

Puis Misteur Valaire a pris la scène d’assaut. À défaut de critiquer la prestation (come on, c’est Misteur Valaire), voici un vidéo.

Pour le reste, zieutez les blogues de mes collègues ou des autres médias qui y étaient présents (reviens combativité, reviens).

Aujourd’hui : iPod Battle (pas ben, ben le choix d’y aller, mon nom est sur des affiches imprimées et scotchées partout en ville… oui, oui, ce n’est pas que sur Facebook c’t’événement), Michèle O ainsi que Anodajay et sa bande (ça c’est si j’rentre).

lecart.org
bernardadamus.com
misteurvalaire.ca
fmeat.org
cyberpresse.ca/chroniqueurs/marc-cassivi

Un commentaire
  • La bouche croche
    5 septembre 2010

    [...] Olivier Lalande pour Voir Julie Ledoux de Bang Bang André Péloquin de Bang Bang [...]

Laisser un commentaire

Podmodernisme

Blogue d'André Péloquin. C'est pas mal ça!

Syndication RSS

BLOGUE
COMMENTAIRES
iweb